Premier League : Le retour au premier plan européen.

La Premier League est le championnat le plus représenté cette saison en Ligue des champions avec cinq clubs. Chelsea, Tottenham, Manchester City, et Liverpool se sont qualifiés par le biais du championnat. Manchester United, eux, ce sont qualifiés en remportant la dernière campagne d’Europa League. Ils sont leader du groupe A après cinq journées avec 12 points (10 buts marqués et seulement deux encaissés). Mais les Mancuniens ne sont pas les seuls anglais à être en tête de leur groupe.
En effet, les autres clubs anglais font aussi bien et suivent la même cadence. Les représentants de la Premier League ne comptent que deux défaites (une pour United et une pour Chelsea). Malgré ça, ils sont tous, à l’heure actuelle, leaders de leurs groupes et potentiellement qualifiés pour les 8èmes de finale.

Premiers oui, mais pas le même parcours.

Les clubs anglais sont en tête de leurs groupe, oui, mais dans des groupes de différents niveaux.

Manchester United, City et Liverpool ont bénéficié d’un tirage plutôt favorable. Quant à eux, Chelsea et Tottenham ont eu un tirage difficile. Ces derniers sont tombés dans les deux groupes les plus difficiles de cette Ligue des Champions 2017/2018.

Chelsea, dans le groupe de la Roma, de l’Atletico Madrid et de la modeste équipe de Qarabaq s’en sortent pas trop mal. Ils sont d’ores et déjà qualifiés pour le tour suivant grâce à leurs 3 victoires (2 face a Qarabaq et 1 face à l’Atletico). Les Blues n’ont été tenus en échec et battu seulement par la Roma (3-3 et 3-0). Un beau parcours qui se conclura par la réception des Colchoneros demain soir.
Tottenham, tombé dans le groupe du Real Madrid et de Dortmund, n’étaient pas du tout favoris. Mais à la surprise générale, ce sont les hommes de Mauricio Pochettino qui siègent à la 1ère place du groupe H (0 défaites) et ce depuis la 1ère journée. 4 victoires et 1 nul, c’est le bilan des Spurs en Ligue des Champions. Ils se sont défaits 2 fois de Dortmund (3-1 et 2-1) et ont logiquement battu les chypriotes de l’Apoel Nicosie (3-0). Mais la performance n’est pas là : Tottenham a réussi à échapper au piège des Madrilènes au match aller (1-1 au Bernabeu) et a même réussi à battre les doubles tenants du titre à Londres au match retour (3-1). Les Spurs sont assurés de terminer 1er et se préparent désormais pour la phase à élimination directe.
Liverpool et Manchester United ont un point commun : les deux clubs ne sont pas dans un groupe très relevé. Les Reds, dans un groupe composé du FC Séville, du Spartak Moscou et de Maribor, comptent 3 nuls et seulement 2 victoires. Malgré cela, ils ont tout de même inscrit 16 buts. Ce n’est pas le grand Liverpool mais ça suffit pour être présent au prochain tour.
Manchester United réalisait un sans faute avant la défaite face au FC Bâle (1-0) lors de la 4eme journée. Vainqueurs par deux fois d’un Benfica qui traverse une mauvaise passe (1-0 et 2-0), ils avaient également vaincus à l’aller les Suisses de Bâle lors du premier match (3-0) et le CSKA Moscou en Russie 4-1. Parviendront-ils à réitérer cette performance a Old Trafford ? Réponse demain soir.
Venons-en à Manchester City, les leaders de Premier League sont impressionnants à voir jouer. Cinq victoires en autant de matchs pour les Citizens (13 buts marqués pour 3 encaissés) dans un groupe F composé du Shaktar, Naples et du Feyenoord.  Les hommes de Pep Guardiola sont solides défensivement avec une grosse puissance et de la rapidité en contre attaque. Ils savent tout de même jouer en attaque placé et chercher leurs deux attaquants Gabriel Jesus et le « Kun » Aguero. Cependant, un match difficile les attend mercredi soir en Ukraine face a leur dauphin, le Shaktar.

La valse des managers.

Lors de l’été 2016, trois clubs du « big 6 » ont connu un bouleversement du fait des arrivées de nouveaux techniciens dans le pays. José Mourinho (Manchester United), Pep Guardiola (Manchester City) et Antonio Conte (Chelsea) se sont vite adaptés à leurs équipes respectives. Effectivement, ils ont tous effectué un parcours plus que satisfaisant lors de l’exercice 2016/2017. Chelsea, champion d’Angleterre et finaliste malheureux de le FA Cup face au Gunners ( 2-1), Manchester United, malgré une 6ème place en championnat, a réussi le doublé League cup + Europa League, les Red Devils vainqueurs de la C3 pour la première fois de leur histoire et enfin, Manchester City, avec un parcours moins cliquant, a réussi une bonne troisième place derrière les Spurs de Tottenham.

Tottenham, à la suite d’une course au titre haletante, finit second du dernier championnat derrière Chelsea. Les Spurs sont en constante progression depuis la saison 2014/2015 et l’arrivée de Mauricio Pochettino. L’argentin est parvenu a faire de Tottenham un des principaux membres du « big 6 » anglais. Le club de Londres est d’ores et déjà qualifié pour les 8èmes de finale de la C1 (4 victoires, 1 nul).
Liverpool quant a eux, ont recruté Jürgen Klopp en octobre 2015, lui qui avait quitté son poste au Borussia Dortmund quatre mois plus tôt. En 2015/2016, l’allemand hisse Liverpool en finale de League Cup (face a Manchester City 1-1), et en finale de l’Europa League, défait 3-1 face au double tenant du titre, le FC Séville.

Ces deux clubs ont un point commun, contrairement aux trois premiers cités précédemment : les managers ont décidé de construire un groupe pour une progression, voire un succès, sur la longévité

.

Un mercato intéressant.

Lors du mercato estival, les clubs anglais ont beaucoup dépensé (1,5 milliards d’euros dont 240 millions le 31 août). La Premier League est arrivée en tête des dépenses du mercato 2017 devant la Série A et la Ligue 1.

Les deux Manchester ainsi que Chelsea ont été dépensiers (205M pour Chelsea, 198M pour Manchester City et 165M pour Manchester United). Tottenham et Liverpool sont les deux clubs qui ont le moins dépensé, avec respectivement 86 et 80M.

Liverpool a recruté timidement mais de manière efficace. Seulement deux joueurs recrutés (Oxlade-Chamberlain 38M ainsi que Mohamed Salah 80M). Ce dernier est impliqué dans un tiers des buts inscrits par son équipe en phase finale de Ligue des Champions (4 buts, 1 passe décisive).
Tottenham, comme à son habitude depuis l’arrivée du technicien argentin, a peu recruté mais a recruté intelligemment. Serge Aurier en provenance du PSG pour palier le départ de Kyle Walker à Manchester City, Juan Foyth petite pépite argentine et Llorente pour avoir un remplaçant à Harry Kane. Davinson Sanchez est la recrue la plus chère de Tottenham (40M) et la plus importante. Associé a Vertonghen et Alderweireld en défense centrale, le trio est imperméable et ne commet pratiquement aucune erreur.
Manchester United aussi a recruté intelligemment, avec un joueur à chaque ligne. Lindelöf en défense centrale, Matic au milieu de terrain et Lukaku en attaque. Matic et Lukaku sont les principaux artisans de la « renaissance » de Manchester United en Ligue des champions mais aussi en championnat. Le serbe a réglé le problème d’équilibre au milieu de terrain tandis qu’avec le belge, les Reds Devils ont enfin un attaquant complet.
Chelsea, de son coté a recruté 5 joueurs. Morata, 65M, qui a du mal à trouver ses repères et à exploser. Certains supporter regrettent même Diego Costa qui était plus efficace. Rudiger, arrivé de la Roma pour 35M, est devenu un des piliers de la défense à 3 d’Antonio Conte et une des seules satisfactions dans le recrutement de Chelsea avec Bakayoko. Le français réalise un bon début de saison et forme une paire solide dans le milieu de terrain des Blues. Drinkwater et Zappacosta, eux, n’ont pas beaucoup de temps de jeu, ils ont été recrutés pour renforcer l’effectif en terme de nombre.

 


Le nombre, c’est ce qu’il y a du côté de Manchester City, avec les nouvelles recrues. Les Citizens ont un effectif dense avec quasiment deux équipes compétitives pour la Ligue des Champions et le championnat. Le club n’a pas été avare. Benjamin Mendy, Bernardo Silva, Ederson, Kyle Walker et Danilo sont venu renforcer l’équipe cet été pour un montant total de 198M d’euros.

Les clubs anglais sont de retour au premier plan européen grâce à leurs mercato, à leurs entraîneurs et à la gestion de leur effectif.
La phase de groupe étant bientôt terminée, on verra si les pensionnaires de Premier League seront toujours compétitifs à partir des 8èmes de finale, sachant qu’eux n’ont pas de trêve hivernale.

Share Button

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.