Evanisse

Douce fleur de l’ombre
Celle qui guérit mes plaies
Elle qui me sauve de l’hécatombe
Celle à qui son visage me reste abstrait
Combien de fois m’as tu sauvé
De ce monde ébahi
Je ne pourrais t’oublier
Dans ma mémoire enfouie
Share Button

Laisser un commentaire